C'est pas moi c’est mon karma - partie 1

Le karma, ce concept importé d’orient, que l’on a inscrit dans le langage courant et qui donne souvent lieu à de petites blagues du type : « Ne t’en fais pas, le karma va s’occuper de son cas » ou de célèbres citations prêtes à penser « tu ne comprendras jamais la peine que tu as fait à quelqu’un jusqu’à ce qu’on te fasse la même chose. C’est pour ça que je suis là. Signé le karma ». La notion de karma semble donc très mal comprise en occident, y compris parmi un public plutôt averti, s’intéressant à la spiritualité. Alors, le karma, qu’est ce que c’est au juste ?


La karma dans la tradition hindoue et bouddhiste


La loi du karma n’est ni plus ni moins qu’une loi de cause à effet. Par exemple, si je ferme la porte fenêtre et que j’essaye ensuite d'aller dehors, je vais me faire très mal à la tête. Vous l'aurez compris, cela s'applique à nos actes, (les paroles sont considérées comme des actes ici), mais pas n’importe lesquels, puisque ce sont ceux qui sont motivés par une intention : celle de faire le bien, le mal, servir son intérêt, nuire à autrui, exprimer sa bienveillance, etc…Chaque geste engendre une ou des conséquence en cascade, à plus ou moins long terme.

Les limites de la compréhension du karma en occident

De la même manière que chaque cause produit un effet, chaque effet vient d’une cause. Certaines sont faciles à appréhender : « J'insulte l’agent de police qui vient de m’arrêter et je prends un amende » et d’autres sont beaucoup plus difficiles à accepter notamment à cause de notre conception occidentale de la vie : « J’ai une maladie chronique grave, cet état provient d’un acte dont je suis le seul responsable » ou « Ce peuple est persécuté depuis des dizaines d’années, ceci est le résultat de son karma collectif ».


En effet, notre compréhension du karma aurait tendance à s’arrêter net dans ce genre de situation puisqu’en tant que bons occidentaux, nous croyons percevoir là une forme d’acceptation aveugle, une résignation presque idiote de celui qui vit cette situation mais également une manière simpliste irrationnelle d’expliquer l’état du monde ou de sa vie.


Le karma, une loi de responsabilité individuelle


Or, le karma ne signifie pas ne rien faire, bien au contraire. Son karma individuel est en perpétuel mouvement et il est en chaque instant en notre pouvoir de le changer. Le karma est en fait la somme des expériences que nous vivons, ces expériences sont une suite de pensées, transformées en paroles puis en actes, chaque acte en entrainant un autre et tous sont reliés par la loi de cause à effet. Notre vie est donc notre propre création et sans cette création il n’y a pas d’expérience, il n'y a pas de vie.


Le karma est en fait ce qui nous permet de vivre notre expérience terrestre. Le fait de changer notre karma, en orientant nos actes différemment (en changeant l'intention qui les animent par exemple) est de l’ordre de la responsabilité individuelle. Vous voyez qu'avec cette approche l'être humain n'est pas du tout considéré comme une victime passive de ses circonstances. Dans cette vision, le karma donne à l’individu, la communauté, la nation, ou toute autre cellule dotée de conscience, les pleins pouvoir sur son sort, à chaque instant.

« Peu importe le type de karma que vous avez rassemblé dans le passé, le karma de ce moment est toujours entre vos mains » Sadghuru

Dans le prochain article je vous parlerai du karma en lien avec les cycles de réincarnation.


 

sources:

La notion de karma - Matthieu Ricard

Le karma - Arnaud Riou

Le karma expliqué par Sadghuru

0 commentaire

Posts récents

Voir tout